Coopérer en microfinance et microassurance
avec le Sud

Raiffeisen a fait date

'Faisons ensemble ce que nous ne pouvons réaliser seuls’

Ce principe de F.W. Raiffeisen inspire toute notre action. Tout au long de l’Histoire, il a prouvé sa valeur.

Un nom plein d’inspiration

Notre intérêt pour la microfinance et la micro-assurance remonte à notre propre histoire, plus précisément aux coopératives d’épargne et de crédit fondées en Belgique au 19e siècle afin d’améliorer le sort des paysans.

C’est pourquoi son nom est devenu, à l’origine, le nôtre.

Qui est en fait F.W. Raiffeisen ?

Friedrich Wilhelm Raiffeisen est un maire allemand qui a vécu au 19e siècle. L’hiver de disette 1846-1847 sème la misère profonde dans sa région. Raiffeisen se rend compte qua la charité ne résoudra pas le problème et c’est pourquoi il décide de s’attacher à sa manière à la lutte contre la pauvreté et la misère. Raiffeisen opte pour une démarche innovatrice : l’entraide. Il réunit des paysans en situation de précarité, afin de les sortir de leur situation par la solidarité basée sur une structure coopérative.

Fondateur des premières coopératives d’épargne et de crédit

Afin de pouvoir améliorer leur sort, les paysans doivent, selon Raiffeisen, pouvoir bénéficier de crédits bon marché. C’est dans cette optique qu’il fonde des coopératives d’épargne et de crédit. Les membres de ces coopératives rassemblent leur épargne et ceux qui ont besoin d’argent peuvent l’emprunter à des conditions intéressantes. Et cela marche ! Ces caisses d’épargne et de crédit sont un grand succès et leur nombre augmente rapidement. On assiste à la création d’organisations faîtières et d’un organisme central. Le système Raiffeisen est né : une structure coopérative avec une autonomie locale. La banque coopérative est née.

Les principes de Raiffeisen

Raiffeisen édicte plusieurs principes de base des coopératives d’épargne et de crédit. Nous en énumérons quelques-uns :

  • Avoir un objectif commun et une mission sociale.
  • La priorité est donnée à l’humain.
  • Le bénéfice est important dans la mesure où il assure la pérennité de la coopérative.
  • Les décisions sont prises de manière démocratique.
  • Les membres sont à la fois propriétaires et coresponsables.
  • L’épargne des membres doit permettre à la coopérative d’octroyer des crédits.

De Raiffeisen à BRS

Comme en Allemagne, les paysans en Belgique sont victimes d’une extrême pauvreté au 19e siècle. Ils suivent l’exemple de Raiffeisen et créent des coopératives d’épargne et de crédit. Ces coopératives sont appelées plus tard ‘Caisses Raiffeisen’. La coopérative faîtière s’appelle d’abord ‘Caisse Centrale de Crédit Rural’ et plus tard ‘Caisse Centrale Raiffeisen’, en abrégé Cera.

Au fil des années, Cera devient une banque à part entière. Dans le souci de partager son expérience coopérative avec les pays du Sud, la banque crée en 1992, dans le cadre de son 100e anniversaire, la Belgische Raiffeisenstichting/Fondation Raiffeisen Belge, plus tard BRS.

Les pauvres dans les pays du Sud rencontrant les mêmes difficultés d’accès aux services financiers que les paysans chez nous au 19e siècle ; BRS décide donc de focaliser son action sur le soutien de coopératives d’épargne et de crédit dans le Tiers-Monde. Sous le slogan : ‘Coopérer en microfinance et microassurance avec les pays du Sud’, l’idéal coopératif de Raiffeisen reste donc plus que jamais d’actualité au 21e siècle.