Coopérer en microfinance et microassurance
avec le Sud

Microépargne

Pour épargner il faut de l’argent, mais pour les gens qui ont peu de moyens, il y a la microépargne.

Les gens pauvres peuvent-ils épargner  ?

Absolument ! Les pauvres veulent et peuvent épargner.  

Quel que soit leur degré de pauvreté, les gens essaient toujours de mettre de l’argent de côté, de se constituer une réserve pour faire face à des coups durs ou à des dépenses futures. Ainsi, ils épargnent pour un mariage, un enterrement, les frais de scolarité des enfants, …

Cette philosophie constitue depuis plus de 100 ans la base du fonctionnement des coopératives et a été appliquée plus tard dans le secteur de la microfinance.

Comment ?

Traditionnellement, il y a plusieurs manières d’épargner :

  • Acheter petit à petit un peu de bétail, des bijoux ou des matériaux de construction
  • Confier chaque jour à un tiers une partie de ses revenus.
  • Rassembler chaque semaine en groupe une petite somme d’argent, qui est emportée à domicile par un des membres du groupe, à tour de rôle (= tontine ou rosca). 

Besoins spécifiques

Les pauvres ont avant tout besoin d’une forme adaptée d’épargne sûre et flexible.

Comme leurs moyens financiers sont limités, il est pour eux d’autant plus important qu’ils soient conservés en toute sécurité.  

Il est également important que l’argent épargné puisse être libéré assez rapidement en cas de coup dur, d’imprévu. Comme leur revenu est souvent irrégulier ou saisonnier, ils ont donc besoin d’un système souple.

Microépargne : une démarche adaptée

À côté des systèmes d’épargne traditionnels, les institutions de microfinance proposent des formules d’épargne adaptées aux besoins spécifiques de leurs clients. Il s’agit de systèmes d’épargne sûrs et souples.  

Les institutions de microfinance qui souhaitent affecter l’épargne de leurs clients à l’octroi de crédits sont soumises, dans de nombreux pays, à une législation stricte. On souhaite ainsi protéger davantage les pauvres, afin d’éviter d’aggraver leur précarité.